Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 mars 2009 3 25 /03 /mars /2009 11:49

Combien sont les Français qui aujourd’hui utilisent internet ? Ils seraient plus d’un Français sur deux… Combien aujourd’hui n’ont jamais téléchargés illégalement un fichier sur internet ? Ils seraient approximativement seulement 10%. Comment aujourd’hui la réforme HADOPI qui vise à sanctionner les utilisateurs d’internet pris en délit de fraude au téléchargement illégal devrait être qualifiée ?


Il faut avant tout savoir que les artistes, les maisons de disque, et le cinéma ont perdu prés de 50% de leur chiffre d’affaire en 5 ans. Lorsque vous volez un film dans un magasin c’est un vol ! Lorsque vous le téléchargez illégalement sur le web, c’est la même chose. C’est nuire au respect de ceux qui travaillent. Cette réforme négociée par Denis Olivennes a été décidé suite à des accords signés le 23 novembre 2007 en présence du président de la république, par 46 organismes représentant la musique, le cinéma, l’audiovisuel et les fournisseurs d’accès à internet. Celle-ci a pour but de sanctionner au bout d’un deuxième avertissement les utilisateurs d’internet pris en délit de téléchargement illégal. Cette sanction serait une simple coupure définitive d’internet, contre 300 000 euros d’amende et trois ans d’emprisonnement aujourd’hui.

En revanche, le danger pourrait se retrouver dans le cas inverse où l’on mettrait fin à la liberté et à la magie d’internet. Internet doit au contraire pouvoir se développer et s’étendre partout, car c’est une chance que de pouvoir se rendre au bout du monde en un clic, que de pouvoir accéder à l’information et à la culture. La réforme HADOPI peut donc se voir aussi comme étant une atteinte à la liberté des internautes, d’autant plus qu’aujourd’hui 90% d’entre eux téléchargent sur le web. Ce n’est pas cette réforme qui les en arrêtera, notamment par le manque de conscience de beaucoup d’entre nous. C’est donc une menace gênante et grave pour l’avenir et le progrès d’internet.


Il faudrait une simple taxe annuelle payée par tous les internautes qui rendrait le téléchargement légal. Car quoi qu’il arrive, la fin de la génération du CD est déjà là, comme ce fut le cas pour les 33 tours, ou encore les cassettes ! Et c’est une nouvelle vie qui commence, ou tout ne sera qu’un simple fichier informatique. Nous devons nous y adapter au plus vite. Il faut dire oui à la prévention, mais non à la disparition des libertés.

Partager cet article

Repost 0
Published by JULIEN CALABRO - dans Communiqués
commenter cet article

commentaires

Recherche